Real Time Web Analytics

Tapez pour rechercher

Actualité

Washington bloque le rachat de MoneyGram par Alibaba

Les tentatives de fusion de Money Gram et d’Alibaba ont échoué en raison du refus de l’administration américaine d’autoriser la fusion. Le coût de cette fusion a été estimé à 1,2 milliards de dollars.

Des efforts vains

Dans un communiqué paru le 2 janvier, Alibaba et MoneyGram ont annoncé l’échec de la fusion entre MoneyGram International, spécialisé dans les paiements électroniques en ligne et Ant Financial Services, bras financier du géant chinois de l’e-commerce Alibaba Group Holding. L’échec des négociations en vue de la fusion est dû au refus du Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS) d’autoriser l’opération. Ce comité placé sous l’autorité du Trésor américain, s’occupe de l’examen des propositions de rachat d’entreprises américaines par des investisseurs étrangers. Cette opération devait alors avoir l’accord obligatoire du CFIUS. Alex Holmes, directeur général de MoneyGram déclare « Malgré nos efforts incessants pour travailler de manière constructive avec le gouvernement américain, il est maintenant devenu clair que le CFIUS n’autorisera pas cette fusion ».

Dans le cadre de cette opération de rachat de MoneyGram par Ant Financial Services, les autorités américaines font part de leurs inquiétudes sur la sécurité des données personnelles et sur le contrôle des transactions dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme. Malgré ce refus, les deux parties engagées dans le rachat annoncent leurs intentions de continuer leur coopération.

Pour beaucoup, ce refus confirme la rigidité de l’administration américaine dans le cadre des relations commerciales entre les Etats-Unis et d’autres pays comme la Chine depuis l’accession de Donald Trump à la Maison Blanche. Alex Holmes parle d’un changement considérable de « l’environnement géopolitique » depuis l’annonce de la volonté d’Ant Financial Services de fusionner avec MoneyGram.

Les raisons de Sécurité Nationale sont avancées.

Le président Donald Trump avait bloqué par le passé le rachat de Lattice Semiconductor Corporation, fabricant de semi-conducteurs par le fonds d’investissements Canyon Bridge Fund qui est un groupe détenu par des actionnaires chinois. Ce refus a été annoncé suite aux recommandations du CFIUS qui a mis en avant des risques pour la Sécurité Nationale.

La Chine a exprimé ses inquiétudes et demande un « traitement équitable » à l’égard des investisseurs chinois qui ont injecté 46 milliards de dollars aux Etats-Unis en 2017. Le président américain se montre très réticent dans les échanges commerciaux avec la Chine. Il pointe du doigt des échanges déséquilibrés et accuse la Chine de procéder à des pratiques commerciales visant à avantager les investisseurs chinois.

Envie de lire d’autres articles d’actualité ? Cliquez ici.

Washington bloque le rachat de MoneyGram par Alibaba
Notez cet avis